bûche de nuit

Zoom sur la bûche de nuit fabrication, astuces et infos pratiques

Vous l’avez sans doute remarqué, il existe deux types de bûches compressées : la bûche de jour et la bûche de nuit. Pour rappel, la bûche compressée est le fruit de résidus de bois ayant été compressés à plus de 300 bars. L’on obtient après compression une bûche solide, propre et compacte. Les bûches de jour et de nuit sont toutes deux écologiques et économiques. Utilisées à bon escient, les bûches de bois compressé vous faciliteront la vie.

 

Bûche de nuit : fabrication et composants

bûches de bois

La bûche de bois compressé de nuit est composée d’écorce d’arbre déchiquetée et de sciures de bois. L’essence des écorces non traitées a un véritable impact sur le pouvoir calorifique et la durée de flambée du bois.

 

Info pratique : les composants (écorces) provenant d’arbres feuillus, du chêne ou du hêtre, offrent une plus longue durée de chauffe que les écorces d’arbres résineux.

 

La fabrication des bûches de nuit se fait comme suit :

— Collecte des sciures et écorces non traitées par les industriels

— Nettoyage des écorces de bois (dépoussiérage, etc.)

— Broyage et séchage des composants

— Ensuite, l’on mélange les sciures aux écorces sèches et déchiquetées

— L’on procède finalement au compactage à chaud à forte pression.

 

Notez bien qu’il n’y a ni ajout de colle ni ajout de substances chimiques. La composition est entièrement naturelle donc 100% écologique.

 

Buche de bois compressé de nuit : astuces d’utilisation.

 

Pour bien utiliser vos bûches de nuit, voici quelques conseils d’utilisation :

 

— Il est préférable de laisser quelques restes de flambées de vos bûches de jour dans votre appareil. Cela permettra ainsi à votre bûche de nuit de s’allumer plus rapidement et d’éviter toute pollution et/ou fumée.

 

— Prenez compte de l’espace à chauffer. Il est nécessaire de mettre le nombre de bûches adapté à l’espace à chauffer dès le début. Sachez que rajouter des bûches durant la nuit pourrait détériorer votre appareil de chauffage plus vite. Un espace moyen se contentera de 2 à 3 bûches de nuit pour toute la nuit.

 

— Avant d’aller vous coucher, mettez le tirage de votre poêle au plus bas. Vous aurez ainsi un chauffage plus durable, soit 8 à 10 h. En revanche, pour faciliter l’embrasement de nouvelles bûches, ouvrez le tirage au maximum.

 

— Pour bloquer l’arrivée d’air par le bas de votre appareil, veillez à entreposer vos bûches l’une contre l’autre, et veillez à toujours avoir un lit de cendres.

 

Bûche de nuit, 5 fois plus durable que la bûche de jour

 

La différence entre la bûche de jour et la bûche de nuit est sans doute la durée de flambée. En effet, les buches de nuit durent plus longtemps que celles de jour. Vous aurez ainsi un meilleur confort thermique durant toute la nuit sans vous lever à chaque fois pour rajouter une bûche. SI l’on compare, une bûche de jour vous offre des flambées de 1 h 30 à 2 h, et les bûches de nuit entre 6 h à 10 h. Une nette différence !

 

Néanmoins, le pouvoir calorifique des bûches de nuit est inférieur à celui des bûches de jour. Ce fait n’est pas du tout un inconvénient, car sachez que vous n’avez pas nécessairement besoin de haute température la nuit. Avec une température constante enter 14°C et 18°C, les bûches de nuits vous offrent un confort thermique appréciable.

Pour en savoir plus, contactez nous 09 77 426 136 (8h-17h).

 

Accacia Mangium

Les plantes invasives a Madagascar et leur dangers

Une plante est considérée comme envahissante au sens large car problématique par sa capacité de colonisation qui dans certaines circonstances en font une espèce invasive.
une plante envahissante est « Espèce exotique naturalisée dans un territoire qui modifie la composition, la structure et le fonctionnement des écosystèmes naturels ou semi-naturels dans lequel elle se propage».

Au sens strict c’est une plante autochtone ou allochtone ayant la capacité de coloniser rapidement une zone et de se propager très loin des plants parents, tout en laissant la possibilité à d’autres espèces de cohabiter, voire de leur succéder

Une plante est dite d’invasive si son introduction volontaire ou fortuite dans un milieu naturel ou semi-naturel déséquilibre et provoque d’importantes nuisances, souvent irréversibles, à la biodiversité d’un écosystème. Une espèce envahissante est une espèce non indigène (y compris les semences, les œufs, les spores ou d’autres propagules) dont l’introduction cause ou est susceptible de causer un préjudice économique, dommages à l’environnement, ou de nuire à la santé humaine.

Le terme «envahissante» est utilisé pour les espèces les plus agressives. Ces espèces croissent et se reproduisent rapidement, entraînant la perturbation majeure dans les domaines pour lesquels elles sont présentes.

Les espèces envahissantes, quand elles ne sont pas maîtrisées, peuvent et vont limiter l’utilisation des terres, maintenant et dans l’avenir.
Le plus souvent, avant leur venue, nous ignorons le problème le plus difficile et plus coûteux qui est celui de la bataille à venir pour leur contrôle.

Dangers pour la biodiversité et autres problèmes.

Les problèmes écologiques causés par les plantes invasives peuvent eux-mêmes engendrer des problèmes sociaux, mais aussi économiques. La gestion de ces plantes devient d’autant plus difficile que leur expansion est avancée.
Les espèces exotiques envahissantes sont considérées comme la deuxième cause d’érosion de la biodiversité juste après la destruction et la fragmentation des habitats

Disparition des plantes locales

Les plantes invasives s’installent de manière agressive, massive et définitive, supplantant les plantes indigènes

Diminution de la biodiversité

Les plantes invasives rendent les milieux naturels inhospitaliers pour les autres espèces. La modification ou la fermeture des milieux par les plantes invasives entraîne une perte de la richesse en espèces des écosystèmes.

Perturbation des activités humaines : pêche, chasse, navigation…

Les plantes invasives forment des zones impénétrables limitant l’accès au site, l’écoulement des eaux, les activités de pêche, de navigation et les loisirs nautique

Coûts économiques des especes invasives

Les plantes et animaux envahissants coutent à l’économie autour de 1,7 milliard de $, chaque année, de dommages aux bâtiments, routes, forêts et exploitations
agricoles
218 espèces ont cependant été introduites tout à fait intentionnellement, dans la quasi-totalité des cas à des fins de lutte biologique et essentiellement pour l’horticulture et les cultures ornementales (468 espèces, soit 29 %), les évadées plus ou moins non intentionnelle
Le coût lié aux dégâts des espèces invasives dans le monde s’élève à 240 $ par an et par personne

Comment les plantes invasives ont-elles voyagé ?

Elle peuvent avoir été transportées involontairement, via le transport des biens et personnes .

Elle peuvent avoir été rapportées volontairement, pour agrémenter les jardins botaniques, ou tous les jardins, à cause de leurs qualités ornementales.

Elles peuvent se propager par la modification des habitats par l’homme
L’introduction de plantes très compétitives comme les goyaviers de Chine dans de nombreuses îles a été une cause fréquente de régression rapide de leur biodiversité.

Certaines espèces sont invasives … mais utiles aussi

L‘Acacia mangium, un des arbres poussant le plus vite au monde, fournit un bois de qualité et il fertilise les sols .
L’huile essentielle extraite des feuilles des camphriers est utilisé comme un antiviral majeur, un excellent immunostimulant et décongestionnante.
On extrait des feuilles de Niaouli (Melaleuca quinquenervia) offre une huile essentielle antidépresseur

Le problème des espèces invasives se pose dans les îles tropicales, comme Madagascar.

Les conséquences de l’introduction d’une espèce au sein d’un écosystème s’avèrent extraordinairement complexes à évaluer.
Les effets produits sur la faune peut s’avérer même souvent positifs: Le goyavier est l’exemple d’une espèce invasive dont l’intérêt économique est avéré. Le monde de demain comptera davantage d’espèces invasives, mais ne méritera pas pour autant d’être tenu pour mauvais »